Accueil Lettres de 1916 Mars 1916 Lettre de Marcelin Cailleau du 14 mars 1916

Lettre de Marcelin Cailleau du 14 mars 1916

0
0
51

Marcelin Cailleau exprime sa joie d’être au repos au bord de la mer avec la possibilité de se promener comme il veut. Il est heureux car il a revu des amis de sa région et cela lui permet d’avoir d’autres nouvelles.

Lettre de Marcelin Cailleau du 14 mars 1916 dans Mars 1916 entete_lettre_14_3_1916

Le 14 3 1916

Mes chers parents

Deux mots pour vous
donnez de mes nouvelles
Je suis toujours en bonne
santé et je désire bien de tout
mon cœur que ma lettre vous
trouve de même.
En ce moment je suis
toujours au repos et nous sommes
très heureux. Jamais encore nous
avions été aussi bien.
Nous sommes cantonnés à six
kilomètres de la mer et nous
avons la permission d’y aller
quand nous voullons.
Hier j’ai été m’y promener
et j’ai été content de ma
promenade car je ne m’attendais
pas a trouvé un vieux camarade
du pays. Comme je me promenais
sur la route je rencontre Maurice
Dreouinault. Je t’assure que j’ai
été surpris de le voir car j’étais
loin de songer de le rencontrer ici.
Allors nous avons été nous promener
sur la plage le long de la mer.
Il boite beaucoup mais il ne s’en fait
pas trop quand même maintenant
il est échappé de la guerre.
Il est très heureux a l’hopital
où il est il peut sortir quand
il veut et son hopital est situé
juste au bord de la mer.
Hier il fasait un temps magnifique
Je t’assure que cétait jolis a voir
Je voudrai bien pouvoir y
passer le reste de la guerre ici
De ce moment on ne pense
plus à la guerre on se
croierait plutot aux bains de mer.
Mais c’est dommage que se soit
pas au mois d’août on aurait
pu prendre des bains en ce moment
il n’y a pas moyen l’eau est
encore trop froide.
Pendant que je me promenais
avec Dreouinault nous avons rencontré
Rahé nous avons été boire tous ensemble
Il était content lui aussi de revoir des
anciens amis car depuis le début il
n’en avait pas encore vu.
Allons chers parents je ne vois
plus rien à vous dire pour le
moment je termine en vous
embrassant de tout mon cœur.
Pour le moment il ne faut pas
se faire du chagrin pour moi car
je n’ai jamais été aussi heureux

Bonjour a Régine pour moi
c’est de son papier que je renvoie

Votre fils qui vous aime

Cailleau Marcelin

lettre MC 14 3 1916a

lettre MC 14 3 1916b

lettre MC 14 3 1916c

lettre MC 14 3 1916d

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Bruno Blanchet
  • Lettre de Marcelin Cailleau du 2 mars 1916

    Marcelin Cailleau est dans une tranchée sur le front. Il raconte qu’il reçoit un peu d’arg…
Charger d'autres écrits dans Mars 1916

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Lettre de Marcelin Cailleau du 8 janvier 1915

Marcelin Cailleau est dans les tranchées près d’Arras. Il rassure ses parents en disant qu…